Le déploiement national du DMP lancé le 8 novembre (Nicolas Revel)

GIENS (Var), 17 septembre 2018 (APMnews) - Le directeur général de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), Nicolas Revel, a annoncé dimanche, lors de la clôture des universités d'été de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), que la "phase de déploiement national" du dossier médical partagé (DMP) sera lancée jeudi 8 novembre.
Depuis la reprise en main du DMP (ex-dossier médical personnel) par l'assurance maladie, la Cnam a lancé début 2017 une phase d'expérimentation dans neuf territoires pilotes qui a conduit à la création de quelque 500.000 dossiers, selon un point d'avancement des travaux remontant à début juin (cf APM WZ0PB0VEP et APM RM4PC45WH).
Le lancement de la phase de déploiement national a été reculé de trois semaines par rapport au calendrier initialement prévu pour permettre notamment que davantage d’officines aient le temps de s’équiper de solutions informatiques pour assurer la montée en charge de l’ouverture des DMP, a-t-il justifié.
Interrogé sur la raison pour laquelle seuls les pharmaciens étaient rémunérés pour l’ouverture de DMP et non les médecins, il a rappelé que, lors des négociations conventionnelles de 2016, les syndicats de médecins s’étaient montrés "relativement tièdes" sur le sujet du DMP.
"Je ne suis pas sûr que ce soit la priorités des médecins alors que le temps médical est déjà rare de passer trois minutes à créer un DMP pour 1 euro", a-t-il commenté. "Je mise aujourd’hui sur l’ouverture en ligne par les patients et dans les officines".
Par ailleurs, sur le sujet des actes de télémédecine dont le remboursement de droit commun est entré en vigueur samedi (cf APM RM2PF1EMB), Nicolas Revel s’est ému des "publicités pour des plateforme de téléconsultations commerciales en ligne qui font croire que celles-ci vont être prises en charge par l’assurance maladie".
Promettant de "communiquer sur ce sujet", il a dit qu’il estimait "important de porter ce que nous avons voulu construire dans le cadre conventionnel" car "un patient qui consulte des médecins qu’il n’a jamais vus, c’est de la mauvaise médecine".
vh/eh/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com