Agnès Buzyn annonce cinq mesures pour réduire les inégalités territoriales d'accès à l'IVG

PARIS, 30 septembre 2019 (APMnews) - Agnès Buzyn a annoncé vendredi, dans un communiqué de presse, cinq mesures pour réduire les inégalités territoriales d'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) constatées dans une enquête du ministère menée auprès des agences régionales de santé (ARS).
A la suite de la publication des données 2018 de la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) concernant les IVG, qui restent en hausse (cf APM EG2PYFWP1), le ministère des solidarités et de la santé a dévoilé vendredi les "principaux enseignements" d'une nouvelle enquête qualitative et territoriale menées auprès de 16 ARS.
Les données récoltées entre mai et juillet concluent à un délai moyen de 7,4 jours entre la première prise de contact avec un professionnel de santé et la pratique effective de l'IVG.
Délai d'accès à l'IVG moyen par région selon le ministère des solidarités et de la santé
Si ce délai est inférieur à 6 jours dans les Pays de la Loire, en Occitanie, en Corse, en Guadeloupe et à La Réunion, il est compris entre 6 et 8 jours en Normandie, Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, Guyane et dans le Grand Est, et entre 8 et 11 jours dans les Hauts-de-France, en Bretagne, Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Le rapport du ministère souligne l'existence de "zones de tension" dans au moins 10 régions mais dément l'existence de "zones blanches". Il évoque surtout des difficultés "ponctuelles" "estivales" ou encore liées aux difficultés d'"accès à certaines techniques".
Afin de réduire ces inégalités d'accès à l'IVG, Agnès Buzyn a annoncé cinq mesures:
  1. L'IVG fera désormais partie des orientations pluriannuelles prioritaires de développement professionnel continu (DPC), comme annoncé dans l'arrêté du 31 juillet dans l'orientation n°34 "prise en charge des problématiques de santé de la femme", s'inscrivant ainsi dans le DPC 2020-2022.
  2. Un annuaire "exhaustif" sera produit à l'échelle de chaque région afin de permettre une meilleure visibilité de l'offre d'IVG. Cet annuaire devrait être actualisé en prenant en compte la saisonnalité.
  3. Les zones "en tension" seront visées par des plans d'action ciblés développés par les ARS "en lien étroit avec les usagers, les professionnels et les associations". Un plan d'action ciblé dans la Nièvre est donné en exemple: diagnostic territorial, formation des personnels et numéro unique et spécifique. Ces plans d'action pourront au besoin être transitoires afin de parer à d'éventuelles tensions durant la période estivale.
  4. Dans l'optique de renforcer l'offre en matière d'IVG, les centres de santé seront habilités à pratiquer des IVG instrumentales à partir du 1er trimestre 2020. Le ministère précise également que la Haute autorité de santé (HAS) devrait rendre son avis concernant la pratique des IVG instrumentales par les sages-femmes "dès la fin de l'année".
  5. A compter de 2020, l'accès à l'IVG fera partie des critères d'évaluation des hôpitaux. Les établissements de santé seront ainsi incités à développer des projets de suivi: "développement des conventions IVG avec les acteurs de ville, soutien à la formation et à la pratique de ces acteurs, participation à la continuité de l'offre hospitalière d'IVG sur le territoire de santé..."
Le ministère annonce également, dans son communiqué, qu'un rapport global relatif à l'accès à l'IVG sera remis au Parlement fin janvier 2020.
Agnès Buzyn s'est exprimée à ce sujet samedi dans les pages du Parisien. Elle considère l'accès à l'IVG "satisfaisant" mais souligne l'existence de difficultés d'accès "auxquelles il faut remédier". La ministre déclare également avoir demandé un travail complémentaire sur le nombre de médecins qui exercent leur clause de conscience et dit ne pas souhaiter "voir disparaître cette clause qui garantit, selon [elle], la meilleure des prises en charge".
eag/nc/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com