La France a signé des commandes "pour plus de 250 millions de masques" livrés "progressivement" (Olivier Véran)

PARIS, 21 mars 2020 (APMnews) - La France a signé plusieurs commandes "pour plus de 250 millions de masques", qui seront livrés "progressivement", "au cours des prochaines semaines", a annoncé Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé, lors d'une conférence de presse retransmise en direct sur les comptes Facebook et Twitter du ministère, samedi.
A propos des masques, le ministre a affirmé que "toute production possible a été commandée, toute production disponible a été réquisitionnée, toute distribution possible a été assurée".
En parallèle des commandes, "de nombreuses personnes, institutions [ou] entreprises" se sont mobilisées, "pour faire dons de masques supplémentaires", a expliqué le ministre.
Il a d'ailleurs appelé les particuliers à donner leurs masques aux professionnels de santé, en les amenant par exemple à la pharmacie d'officine, et aux entreprises et organisations à se rapprocher des agences régionales de santé (ARS). Pour les "stocks de plus de 200.000 masques", il a appelé les entreprises à se rapprocher du ministère des solidarités et de la santé.
"La France est désormais en mesure de fabriquer 6 millions de masques supplémentaires chaque semaine", dont la moitié sont des masques FFP2, a-t-il détaillé. "Dès le mois d'avril, ce seront 8 millions de masques supplémentaires" qui seront produits chaque semaine.
Il a expliqué que "40 prototypes sont en cours de test pour des masques chirurgicaux comme pour des masques FFP2", notamment pour "apporter des solutions notamment vers des secteurs autres que la santé".
"Dans les prochaines heures, d'autres initiatives seront prises pour augmenter massivement les importations de masques en provenance des pays producteurs ainsi que pour orienter toute l'industrie disponible dans notre pays" vers la production de matériel de protection, a-t-il continué.
Le conseil scientifique sera reçu, mardi, "à la demande du président de la République" pour envisager "toute modification, toute extension" des modes de répartition au-delà des seuls soignants et personnes malades.

24 millions de masques consommés par semaine

Le ministre est revenu sur la situation de tension autour de la disponibilité des masques, rappelant que "les pouvoirs publics ont pris la décision, il y a une dizaine d'années, d'équiper la France d'un milliard de masques chirurgicaux et de 600 millions de masques FFP2".
"Quels que soit les processus de décisions ayant conduit à ce que ces stocks ne soient pas renouvelés dans la durée", il a constaté que ces stocks de masques "se sont réduits année après année".
Lorsque le Sars-Cov-2 est apparu, "il ne restait qu'un stock d'Etat de 117 millions de masques chirurgicaux pour adulte" et aucun stock de masques FFP2, a-t-il relevé.
Une première "importation de masques" a été demandé au mois de janvier. "En plus des stocks et de la production de masques renforcée", la France "a ainsi passé plusieurs commandes de masques à l'étranger auprès d'industriels" capables de fournir rapidement de gros volumes. La décision de réquisitionner des stocks de masques de protection et de la production en cours a également été prise début mars, rappelle-t-on (cf APM AF7Q6MGSP)
Depuis le début de la propagation du virus sur le territoire, plusieurs distributions de masques ont été organisées a rappelé Olivier Véran (cf APM JYP1Q7FUEW). Il a notamment cité la distribution mardi et mercredi de 1,6 million de masques FFP2 et 10,7 millions de masques chirurgicaux pour les professionnels de santé en ville (cf APM GL9Q7AU0T).
Il a annoncé qu'"un approvisionnement a été réalisé ces tous derniers jours auprès des établissements les plus exposés, dans le Grand Est, dans les Hauts-de-France, en Occitanie, en Ile-de-France et en Bourgogne-Franche-Comté".
"Un approvisionnement global" destiné à tous les établissements de santé, à tous les établissements médico-sociaux ainsi qu'aux transporteurs sanitaires a été réalisé "à l'échelle national hier [vendredi] encore", a-t-il annoncé. Et "un nouvel approvisionnement sera effectué dans les jours qui viennent".
"Le total de ces deux livraisons représentera 17 millions de masques", a-t-il expliqué.
Au total, côté distribution, "depuis la dernière semaine de février, 70 millions de masques ont été ainsi livrés" aux professionnels de ville, à l'hôpital et dans les Ehpad.
Dans le même temps, "grâce à la réquisition des stocks et de la production sur le territoire national, grâce aux dons, grâce aux importations", près de 40 millions de masques supplémentaires ont été récupérés depuis cette dernière semaine de février, a chiffré le ministre.
Le stock d'Etat actuel dispose donc actuellement de 86 millions de masques, a calculé Olivier Véran, 5 millions aux normes FFP2 et "81 millions de masques chirurgicaux".
Côté distribution, "nous prévoyons une consommation de 24 millions de masques par semaine dans notre pays".
"Je connais la durée de nos stocks, je ne connais pas encore celle de l'épidémie", a expliqué le ministre, justifiant ainsi la mise en place d'une "stratégie nationale d'utilisation des masques", pour permettre "de garantir que toutes les personnes qui doivent être protégées par un masque puissent en bénéficier pendant toute la durée de l'épidémie".

Modalités de distribution aux soignants

Dans les quinze jours à venir, Olivier Véran a estimé que les masques seraient donnés en priorité, pour "la protection des professionnels de santé" et pour la "protection des personnes qui interviennent auprès des personnes âgées en Ehpad" afin de "préserver les capacités hospitalières".
Olivier Véran a précisé, selon les professionnels de santé et leur lieu d'exercice, les modalités de distribution des masques.
Concernant les professionnels de santé en ville:
  • 18 masques, dont des masques FFP2, pour les médecins, les biologistes médicaux et les infirmiers, par semaine et par professionnel
  • 18 masques chirurgicaux pour les pharmaciens de villes, par semaine et par professionnel
  • 6 masques, chirurgicaux ou FFP2, pour les masseurs kinésithérapeutes, par semaine et par professionnel
  • 6 masques pour les sages-femmes, par semaine et par professionnel
  • Les chirurgiens-dentistes disposent désormais d'un stock de masques "qu'ils ont eux-mêmes réparti", a précisé le ministre.
La Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) avait annoncé mercredi des chiffres quasiment similaires dans une note transmise aux pharmaciens d'officine (cf APM BRD1Q7E0TK). Ces derniers avaient dénoncé un "rationnement" (cf APM AF4Q7EEAJ).
Concernant les établissements de santé:
  • "Pour l'hospitalisation conventionnelle, nous distribuerons trois masques chirurgicaux par jour et par professionnel dans les services de soins prenant en charge les cas possibles ou confirmés", a expliqué Olivier Véran.
  • Des masques FFP2 seront distribués "pour la réalisation des gestes à risque", notamment dans les services d'urgences, d'accueils des personnes Covid ou de soins critiques et de réanimation.
  • Pour l'hospitalisation à domicile (HAD), "deux boites de 50 masques chirurgicaux par semaine et, en moyenne, par structure", seront distribuées.
Concernant les autres structures:
  • "Pour les transporteurs sanitaires et les centres de secours, "une boîte de 50 masques par semaine et par structure" sera disponible.
  • "Pour les prestataires de services et les distributeurs de matériel", une boîte de 50 masques par semaine et par entreprise sera distribuée.
  • Concernant les services d'aide et de soins à domicile, 9 masques chirurgicaux seront attribués par semaine et par professionnel "exerçant au sein de la structure pour assurer les visites prioritaires", dans les territoires les plus touchés.
Concernant les Ehpad et les structures médico-sociales, il a annoncé l'attribution de "5 masques chirurgicaux par lit ou places et par semaine".
Le ministre a indiqué avoir entendu la "demande" des professionnels des Ehpad, formulée dans une lettre envoyée vendredi, de "garantir 500.000 masques chirurgicaux par jour".
Accédant à leur demande, le ministre a annoncé que les Ehpad "disposeront dans la durée de ces 500.000 masques par jour". Ils "seront disponibles dans des établissements plateformes" et "le nombre de masques sera proportionnel à la taille des établissements". "Lorsque des symptômes apparaissent, la dotation devra permettre de couvrir en priorité les personnes qui oeuvrent auprès des cas possibles ou confirmés", a-t-il expliqué.

"Il sera temps, au moment voulu, de tirer toutes les conséquences"

Olivier Véran a assuré "comprend[re] et partag[er]" les attentes des soignants "et parfois leur colère face à cette situation".
"Face à une épidémie d'une telle ampleur, il pourrait être facile de mobiliser notre énergie sur la recherche de responsabilité", demandant de se "mobiliser" plutôt "auprès de celles et ceux qui sauvent des vies, avec elles et ceux qui maintiennent notre pays en vie", a-t-il expliqué
"Il sera temps, au moment voulu, de tirer toutes les conséquences en matière de préparation de notre pays", face "à une menace qui […] constitue une première sanitaire depuis plus d'un siècle" dans notre pays.
Dans une interview donnée à Ouest-France vendredi, Roselyne Bachelot (ministre de la santé et des sports entre mai 2007 et novembre 2010) a affirmé que "mon successeur [Xavier Bertrand, NDLR] n’a pas jugé utile de réarmer le pays en masques, ni de prolonger l’établissement autonome chargé de constituer la réserve sanitaire. Peu à peu, le stock de masques a fondu. C’est extrêmement regrettable".
Interrogé par le Figaro, dans une interview publiée samedi, Xavier Bertrand, ministre de la santé de juin 2005 à mars 2007, puis de novembre 2010 à mai 2012, a, de son côté, assuré que lors de son départ, en 2012, "il y a 1,4 milliard de masques: 600 millions de FFP2 et 800 millions de masques chirurgicaux".
"Même si huit années se sont écoulées, avec plusieurs gouvernements, je veux répondre de ce que j’ai fait comme ex-ministre de la santé si une commission d’enquête est créée", affirme-t-il.
Sur la progression de l'épidémie, Olivier Véran a estimé que dans un premier temps, "la situation va continuer à s'aggraver" avant que les "effets du confinement fassent leurs preuves".
Il a assuré que, par rapport aux autres pays européens, la France ne fait "ni plus ni moins que les autres" et adopte une "stratégie concertée, au jour le jour". "Seuls les moments de mise en place ont pu être différents, tenant compte des différences de stades d'épidémie constaté dans chacun des pays", a-t-il continué.
Il a expliqué avoir saisi le conseil scientifique notamment sur la "durée de ce confinement", qui rendra des conclusions lundi.
Lors de cette allocution, Olivier Véran a également déclaré que France doit changer "rapidement" de stratégie en matière de tests de détection du coronavirus Covid-19 pour mettre en place un "dépistage massif" (cf APM SYL4Q7JVWV).
af/san/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com