Sélection de dépêches en accès libre

Coronavirus: plus de 12.600 cas confirmés en France (DGS)

PARIS, 20 mars 2020 (APMnews) - Le directeur général de la santé (DGS), Jérôme Salomon, a annoncé 12.612 cas confirmés par test PCR de personnes infectées par le coronavirus Sars-CoV-2, lors d'une conférence de presse vendredi soir, soit 1.617 de plus que la veille.
Jérôme Salomon a indiqué que 5.226 personnes étaient actuellement hospitalisées, dont 35% ont plus de 65 ans. Il a précisé que 1.297 personnes dans un état grave sont actuellement hospitalisées dans un service de réanimation.
Un total de 1.587 personnes ont été guéries, contre environ 1.300 jeudi (cf APM JYP1Q7FUEW).
Le DGS a fait état de 450 décès "en milieu hospitalier", soit 77 de plus que jeudi. Entre mercredi et jeudi, le nombre de décès était passé de 264 à 372, soit 108 supplémentaires, note-t-on.
Les plus de 70 ans représentent 87% des décès, a-t-il ajouté.
Interrogé sur le nombre de cas et de décès en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), Jérôme Salomon a répondu qu'il n'y avait pas de "statistiques précises".
La DGS ne tient pas non plus de décompte des soignants malades, a-t-il rapporté.

L'Europe désormais "l'épicentre de l'épidémie"

Dans le monde, le total est de 225.000 cas dont 87.000 guéris. "La Chine n’a pas de nouveau cas en dehors de cas importés sur son territoire. Hors de Chine, il y a près de 175.000 cas répartis dans 163 pays", a-t-il indiqué.
"C’est désormais réellement l’Europe qui est l’épicentre de la pandémie, avec près de 115.000 cas et plus de 5.000 décès", a signalé le DGS.
L'Italie est le pays le plus touché en nombre absolu de cas confirmés après la Chine avec plus de 41.000 cas. L'Espagne et l'Iran signalent près de 20.000 cas, l'Allemagne plus de 18.000, les Etats-Unis 14.000.
En tout, 11.000 personnes sont décédées, dont 3.253 en Chine, 1.433 en Iran, plus de 1.000 en Espagne.
L'Italie, où l'épidémie est "très préoccupante", est la plus touchée avec 4.032 décès.
En France, l'épidémie "s’étend progressivement sur le territoire national et s’aggrave rapidement avec une circulation virale intense" Les régions "particulièrement touchées" sont au nombre de 7: Grand est, la Corse, l'Ile-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine, a souligné Jérôme Salomon.
"Les effets du confinement ne sont pas immédiats. Il vise à ralentir la propagation du virus", a-t-il rappelé.
La prolongation du confinement, décidé lundi par le président de la République, Emmanuel Macron, pour une durée initiale de 15 jours (cf APM GL9Q7AU0T), "est une possibilité".
"Cela dépendra de l'évolution de l'épidémie, et surtout de l'application par toutes et par tous du confinement. Le gouvernement et les autorités sanitaires seront très attentifs au comportement des citoyens", a déclaré le DGS.
La directrice générale de Santé publique France, Geneviève Chêne, et le président du conseil scientifique installé auprès du gouvernement, Jean-François Delfraissy, ont laissé entendre cette semaine que la période de confinement en France pourrait se prolonger au-delà de deux semaines, rappelle-t-on (cf APM SB5Q7G0R7).
A l'approche de la fin des vacances, le DGS a également exhorté les Français d'Outre-mer à "rester en métropole si possible". "Si vous rentrez, observez une quatorzaine stricte", a-t-il intimé.

La recrudescence de cas d'anosmie brutale pourrait être liée au virus

Il a également indiqué que le conseil national professionnel des oto-rhino-laryngologistes (ORL) "a signalé la recrudescence de cas d'anosmie brutale (disparition brutale d'odorat) sans obstruction nasale ou écoulement, qui peut survenir de façon isolée".
"Ce sont des signes assez rares. On a l'impression, même si les données sont encore préliminaires, que [les pertes de goût ou d'odorat] seraient liés au virus. Il semble qu'il s'agisse de formes d'infection peu sévères par le coronavirus et observées chez les sujets jeunes", a expliqué Jérôme Salomon.
Interrogé sur la possibilité et les capacités de l'Etat de déployer d'autres hôpitaux de campagne que celui en cours d'installation à Mulhouse (cf APM GL8Q7B32Z), le DGS a répondu que "non, l'Etat n'en a pas les capacités" et a souligné le soutien apporté les armées à la lutte contre l'épidémie.
Enfin, "pendant toute la durée de l'épidémie, l'ensemble des actes de télémédecine et donc est pris en charge à 100%", a-t-il encore mentionné.
Un décret publié vendredi au Journal officiel prévoit une exonération du ticket modérateur sur les téléconsultations réalisées pour les personnes dont le diagnostic d’infection à Covid-19 a été posé ou suspectées de l’être ainsi que pour les actes de télésuivi infirmier, rappelle-t-on (cf APM VG2Q7IFVL).
Les conditions de dérogation aux modalités de réalisation des actes de télémédecine qui encadrent leur remboursement avaient déjà été assouplies jusqu'au 30 avril par décret (cf APM VG6Q6YZ5Q). Ces actes sont maintenant remboursés à 100% et les dérogations aux modalités de réalisation peuvent être mises en oeuvre jusqu'au 31 mai.
lc-gl/sl/APMnews polsan-une

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com