Coronavirus: deux nouveaux décès de médecins, dans le Grand Est

MULHOUSE, SAINT-AVOLD (Moselle), 23 mars 2020 (APMnews) - Un médecin généraliste et un gynécologue-obstétricien de la région Grand Est sont décédés ce week-end à la suite de leur contamination par le coronavirus (Sars-CoV-2), a-t-on appris lundi auprès de la Fondation de la maison du Diaconat (Mulhouse) et du Groupe SOS.
Au lendemain de l'annonce du premier décès d'un médecin atteint du coronavirus en France, par le ministre des solidarités et de la santé (cf APM GL2Q7LGMK), deux nouveaux décès de médecins sont venus endeuiller le monde de la santé lundi.
A Mulhouse, qui concentre un des foyers épidémiques les plus importants sur le territoire, le Dr Jean-Marie Boeglé, gynécologue-obstétricien de 66 ans à la clinique du Diaconat Fonderie, "est décédé dimanche des suites du Covid-19", a rapporté la Fondation de la maison du Diaconat, contactée lundi par APMnews.
"Il avait contracté le virus auprès de l'une de ses patientes lors d'une consultation au sein de son cabinet", a précisé la direction de l'établissement privé à but non lucratif (Espic) alsacien. "Le Dr Boeglé travaillait au sein de notre établissement depuis 35 ans et avait fait preuve d'une exemplarité sans faille."
"Toutes nos condoléances vont à la famille et aux proches du Dr Boeglé", a salué lundi sur Twitter François Grimonprez, directeur général adjoint de la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (Fehap).
"Passionné, attentionné, gentil et plein d'humour, il nous manque déjà. Condoléances à toute sa famille", a réagi dès dimanche sur Twitter le Pr Israël Nisand (CHU de Strasbourg), président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).
"Le Dr Sylvain Welling, médecin généraliste exerçant dans la commune de L'Hôpital (Moselle) a été admis à l'hôpital de Saint-Avold le 19 mars [mercredi]", a également annoncé le Groupe SOS dans un communiqué diffusé lundi, "il y est décédé le 21 mars [samedi] dans le service de réanimation".
"Nous tenons à présenter nos sincères condoléances à la famille et aux proches de Monsieur Welling", a ajouté le groupe.

Le monde hospitalier très affecté

Le décès d'un premier médecin hospitalier a suscité de nombreuses réactions attristées, qui se sont exprimées notamment sur Twitter.
"La communauté hospitalière est endeuillée et, en son nom, je présente toutes mes condoléances à la famille et aux proches du médecin urgentiste de Compiègne", a déclaré le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux, à la suite de l'annonce du décès du Dr Razafindranazy, médecin urgentiste au centre hospitalier (CH) de Compiègne. "Ce premier décès parmi les soignants montre que le combat engagé pour soigner et sauver les Français touchés est dangereux", a-t-il ajouté.
Le conseil d’administration et l’équipe permanente de la Fédération hospitalière de France (FHF) Hauts-de-France ont également réagi à la suite de l'annonce du décès du Dr Razafindranazy.
"Ce premier décès d’un soignant touché par le virus, dont l’engagement était salué par tous, endeuille l’ensemble de la communauté hospitalière", a commenté la fédération.
"Le personnel soignant est en première ligne dans ce combat", a-t-elle insisté en reprenant les propos du fils du Dr Razafindranazy sur les réseaux sociaux, comme quoi "la maladie est extrêmement grave et ne doit pas être prise à la légère".
"Grande tristesse du monde hospitalier à la suite du décès de l'un des nôtres qui a laissé comme tant d'autres Français sa vie dans ses missions", a déclaré sur Twitter la présidente de l'Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH), Rachel Bocher. "C'est un exemple et une épreuve", a-t-elle affirmé.
"Nous sommes tous touchés par ces décès de professionnels de santé", a déclaré Jacques Trévidic, président de l’Action praticiens hôpital (APH) et président de la Confédération des praticiens hospitaliers (CPH), à APMnews dimanche soir.
"Il faut rappeler à la population que le confinement doit être appliqué", a-t-il insisté à cette occasion. Il a précisé que son organisation ne demandait pas davantage de coercition à ce sujet. "Il faut surtout faire preuve de pédagogie. Expliquer plutôt que de réduire les libertés", a-t-il ajouté.
"Trois médecins investis dans la lutte contre la pandémie du coronavirus Covid-19, dont deux médecins libéraux, un généraliste et un spécialiste, sont décédés", a réagi le Syndicat des médecins libéraux (SML) lundi dans un communiqué, en assurant "les familles de ces trois soignants de toute sa sympathie et de sa solidarité".
"A présent, le SML réclame que tout ce qui est possible soit mis en oeuvre sans tarder afin que les médecins libéraux, et tous les soignants, bénéficient de mesures sérieuses de protection afin d'éviter de nouvelles morts", a ajouté le syndicat. Il réclame que "tous les acteurs qui interviennent au domicile des patients [soient] équipés d'un matériel complet de protection incluant, en plus du masque et des lunettes de protection, des gants, des blouses et charlottes jetables, et du gel hydro-alcoolique, afin non seulement de protéger les soignants, mais aussi de protéger les patients".
"Nous avons appris avec tristesse le décès de deux médecins de notre région causés par le virus Covid-19", a indiqué la FHF Grand Est dans un communiqué diffusé lundi. "La communauté hospitalière du Grand Est adresse ses condoléances les plus sincères aux familles et proches de ces praticiens qui nous ont quittés trop prématurément".
san-gl/ab/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com