La prime de 1.500 euros versée à l'ensemble des personnels hospitaliers de 40 départements

PARIS, 14 mai 2020 (APMnews) - La prime de 1.500 euros sera versée à tous les personnels des établissements publics de santé, "quel que soit leur statut ou leur métier", de 40 départements, a-t-on appris jeudi auprès du ministère des solidarités et de la santé.
Mi-avril, le ministère avait évoqué "une trentaine" de départements bénéficiaires, sans préciser lesquels (cf APM BRD7Q8TWQK et APM SAN8Q9JR07).
Les 10 départements de la région Grand Est figurent dans la liste (Ardennes, Aube, Bas-Rhin, Haute-Marne, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle et Vosges).
Comme confirmé par Olivier Véran, figurent aussi les cinq départements des Hauts-de-France (Aisne, Nord, Oise, Pas-de-Calais et Somme).
Tous les huit départements de Bourgogne-France-Comté sont également dans la liste (Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Jura, Nièvre, Saône-et-Loire, Territoire de Belfort et Yonne).
Les huit d'd'Ile-de-France sont aussi présents (Essonne, Hauts-de-Seine, Paris, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d'Oise et Yvelines).
Quatre départements d'Auvergne-Rhône-Alpes sont aussi mentionnés: Drôme, Rhône, Loire, Haute-Savoie.
Un département de la région Centre-Val de Loire est cité: l'Eure-et-Loir.
Les personnels hospitaliers du département des Bouches-du-Rhône seront également tous bénéficiaires de la prime de 1.500 euros, de même que ceux des deux départements de la Corse.
En outre-mer, seule l'île de Mayotte figure dans la liste.
Dans les autres départements, le montant de la prime versée aux personnels des hôpitaux publics sera de 1.500 euros ou de 500 euros selon que les agents ont été ou pas en contact avec des patients touchés par le Covid-19, rappelle le ministère.
A cette prime s'ajoutera une majoration de 50% des heures supplémentaires générées durant la crise, ce qui peut permettre à certains agents de percevoir un montant global de l’ordre de 2.000 €, souligne-t-on de même source.
Le ministère précise par ailleurs que les discussions sont toujours "en cours" pour l'attribution d'une prime aux personnels des établissements privés, commerciaux ou à but non lucratif.
Le versement d'une telle prime avait été annoncée par le président de la République, Emmanuel Macron, lors d'un déplacement à Mulhouse le 25 mars (cf APM SYL5Q7RKMR).

Une "division artificielle en deux catégories"

Dans un communiqué commun, diffusé jeudi soir, Action praticiens hôpital (APH), Jeunes médecins et l’Intersyndicale nationale des internes (Isni) ont dénoncé une nouvelle fois "les modalités d’octroi" de la prime, dépendant de critères géographiques ou d’activité exercée. "De plus, certains établissements pourront décider que certaines catégories de personnel auront accès à la prime de 1.500 € et d’autres seulement à celle de 500 €", déplorent-ils.
"Cette division artificielle en 2 catégories d’établissements de santé et de personnels est une faute politique, qui trahit une méconnaissance du fonctionnement de l’hôpital public et des principes élémentaires d’équité qui l’animent", regrettent-ils.
Ces organisations rappellent que la reconnaissance du personnel "doit d’abord passer par une revalorisation significative de l’attractivité des carrières hospitalières de façon pérenne, et l’amélioration de nos conditions de travail".
Elles préviennent qu'elles "seront très attentives à ce que les pouvoirs publics ne l’oublient pas".
san/ab/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com