Chirurgie bariatrique et diabète de type 2: mise en garde sur un risque d'acidocétose

WASHINGTON, 17 mai 2016 (APM) - Une équipe canadienne met en garde, dans une lettre publiée dans Diabetes Care, sur un risque d'acidocétose chez des diabétiques de type 2 après chirurgie bariatrique.
Amin Andalib de l'université McGill à Montréal (Canada) et ses collègues rapportent quatre cas d'acidocétose chez trois patients diabétiques de type 2 dans les 30 jours suivant une chirurgie bariatrique entre janvier 2010 et décembre 2015.
Tous les cas ont été jugés modérés à sévères et ont nécessité la prise en charge en unité de soins intensifs.
Les principaux symptômes étaient une nausée, des vomissements et une douleur abdominale, à savoir des symptômes fréquents après une chirurgie bariatrique, notent les auteurs, ce qui est susceptible de retarder le diagnostic.
Le délai médian d'injection d'insuline a été de 1,3 heure.
L'acidocétose semble avoir été provoquée en partie par une insulinothérapie inadéquate (les trois patients étaient sous insuline, depuis 2 à 17 ans) ou une non-observance aggravée par une moindre prise alimentaire et une déshydratation dans la phase post-opératoire précoce.
Les auteurs estiment que ces cas incitent à davantage informer les patients avant l'opération et à mieux suivre leurs glycémies au cours de leur séjour à l'hôpital. Ils recommandent une consultation chez l'endocrinologue-diabétologue dans les deux semaines postopératoires.
ATTENTION À L'ACIDOCÉTOSE EUGLYCÉMIQUE SOUS INHIBITEUR DU SGLT2
Les auteurs soulignent en outre que l'un des trois patients était sous canagliflozine (Invokana*, Janssen, groupe Johnson & Johnson). Le risque d'acidocétose euglycémique sous inhibiteur du SGLT2 est désormais connu (cf APM GB6O2FPP6).
Chez ce patient, l'acidocétose pourrait aussi avoir été provoquée par une baisse de la prise alimentaire postopératoire et l'oubli de l'insuline. L'injection d'insuline a été initiée 2,1 h après le début des symptômes, ce qui souligne la difficulté de poser le bon diagnostic dans le cas d'une présentation euglycémique, soulignent les auteurs.
Ils recommandent donc d'être méfiants vis-à-vis du risque d'acidocétose après chirurgie bariatrique, y compris en cas d'hyperglycémie légère et d'autant plus chez les patients sous inhibiteur du SGLT2.
Ils suggèrent d'arrêter les inhibiteurs du SGLT-2 avant une chirurgie programmée, si possible avant de débuter les deux semaines de régime hypocalorique.
(Diabetes Care, édition en ligne du 10 mai)
/arg/sl/APM

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com