La cigarette électronique augmente le risque d'évènement thrombogène (étude expérimentale)

WASHINGTON, 6 août 2018 (APMnews) - La cigarette électronique affecte l'hémostase physiologique et augmente le risque d'évènements susceptibles d'entraîner des thromboses, selon une étude américaine menée chez la souris, publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).
Alors que la cigarette électronique est présentée ou perçue comme plus sûre/moins dangereuse que la vraie cigarette, on ne dispose que de peu de données sur leurs effets négatifs, en particulier sur le système cardiovasculaire, soulignent Hanan Qasim et ses collègues de l'université du Texas à El Paso.
Ils ont développé un modèle in vivo d'exposition de souris à la cigarette électronique, mimant les scénarios et conditions d'exposition humaine dans la vie réelle, afin d'étudier les effets sur la fonction plaquettaire et la thrombogenèse.
Lors d'un test de durée de saignement de la queue chez des souris vivantes anesthésiées évaluant la réponse hémostatique, le délai nécessaire à l'arrêt du saignement était significativement plus court chez les souris exposées à la cigarette électronique que chez celles exposées à l'air "pur" (52 s contre 585 s), ce qui suggère un état prothrombotique.
Les chercheurs ont ensuite montré que lors d'un test de thrombose carotidienne induite, le temps d'occlusion de l'artère était plus court chez les souris exposées à la cigarette électronique (248 s contre 612 s).
"Ces résultats démontrent pour la première fois que les cigarettes électroniques affectent (amplifient) l'hémostase physiologique et augmentent le risque d'évènements thrombogènes", commentent les auteurs.
Leurs autres expériences suggèrent que l'augmentation du risque thrombotique est due, en partie, à l'hyperactivité plaquettaire et à une diminution de la sensibilité aux inhibiteurs de prostacycline: les souris exposées avaient une fonction plaquettaire augmentée, en termes d'agrégation, de sécrétion, d'activation d'intégrine GpIIb/IIIa (nécessaire pour l'agrégation) et d'exposition à la phosphatidylsérine (essentielle pour l'assemblage des complexes de facteurs de coagulation), par rapport aux souris non exposées. Le nombre de plaquettes sanguines n'était en revanche pas affecté.
"Ainsi, les conséquences négatives pour la santé de l'exposition à la cigarette électronique ne doivent pas être sous-estimées et nécessitent de plus amples recherches", concluent les auteurs.
(JAHA, publication en ligne du 18 juillet)
cd/ab/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com