Glaucome: le collyre au nétarsudil confirme son efficacité sur un an, mais il y a des arrêts de traitement

WASHINGTON, 23 janvier 2019 (APMnews) - Le collyre à 0,02% de nétarsudil (Rhopressa* aux Etats-Unis, Rhokiinsa* pour l'Europe, Aerie Pharmaceuticals) confirme son efficacité en termes de baisse de la pression intra-oculaire dans le traitement du glaucome, avec toutefois une augmentation des arrêts de traitement pour effets secondaires, dans une étude sur un an publiée dans l'American Journal of Ophthalmology.
Le nétarsudil est un inhibiteur de la kinase Rho, une nouvelle classe d'agents évalués dans le glaucome à angle ouvert. Il diminue la pression intra-oculaire par un mécanisme différent des médicaments actuellement disponibles et pourrait donc avoir un intérêt chez les patients qui n'atteignent pas les cibles de pression intra-oculaire.
Des résultats à 3 mois de l'étude ROCKET-2 avaient déjà été publiés. Malik Kahook de l'université du Colorado à Aurora et ses collègues rapportent les résultats à un an.
Ils ont randomisé 756 patients entre le collyre à 0,02% de nétarsudil une fois ou deux fois par jour, ou un collyre de timolol à 0,5% deux fois par jour.
La pression intra-oculaire initiale était à 22,5 mmHg. Avec le nétarsudil une fois par jour, durant le suivi la pression intra-oculaire a diminué jusqu'à 17,9 mmHg, remontant légèrement à 18,8 mmHg à un an.
Avec le nétarsudil deux fois par jour, la pression intra-oculaire a diminué entre 17,2 et 18 mmHg au cours du suivi d'un an. Avec le timolol, la baisse se situait entre 17,5 et 17,9 mmHg.
Cela "démontre la persistance de l'efficacité hypotensive oculaire du nétarsudil" et "il y avait peu de signes de tolérance" (de réduction de l'efficacité au cours du temps) sur un an, commentent les chercheurs.
Les effets indésirables ont toutefois été plus fréquents, mais étaient majoritairement légers. Le principal effet était une hyperhémie conjonctivale, observée chez respectivement 61% et 66% avec le nétarsudil une ou deux fois par jour contre 14% avec le timolol. La proportion de patients ayant arrêté le traitement à cause de cette complication était respectivement de 12% et 24% avec les deux doses du nétarsudil alors qu'il n'y a eu aucun arrêt avec le β-bloquant.
Le risque de cornea verticillata (dépôts cornéens) était respectivement de 26% et 25% avec les deux dosages de l'inhibiteur de kinase Rho et 1% avec le timolol, conduisant à respectivement 5%, 10% et 0% d'arrêt de traitement. La cornea verticillata, complication asymptomatique, avait disparu chez pratiquement tous les patients à la fin de l'étude, notent les auteurs.
Le troisième effet notable était l'hémorragie sous-conjonctivale, chez respectivement 20%, 19% et 1% des patients (conduisant à respectivement 2%, 4% et 0% d'arrêt de traitement).
Malgré ces effets secondaires, les auteurs ont estimé que le produit était globalement bien toléré et soulignent l'intérêt potentiel de Rhopressa* aussi bien en traitement de première ligne qu'en association avec d'autres classes de traitements du glaucome.
Rhopressa* a obtenu une AMM aux Etats-Unis fin 2017. Un dépôt de demande d'AMM a été annoncé en octobre 2018 en Europe, avec un nom différent: Rhokiinsa*.
(American Journal of Ophthalmology, publication en ligne du 15 janvier)
fb/nc/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com