Grossesse: la morbidité périnatale est réduite en cas de déclenchement à 39 semaines

WASHINGTON, 23 juillet 2019 (APMnews) - Le déclenchement du travail à 39 semaines d'aménorrhée (SA) est associé à une réduction de la morbidité périnatale par rapport à une stratégie attentiste, chez les femmes multipares à bas risque obstétrical, selon une étude américaine publiée dans Obstetrics & Gynecology.
Chez des femmes nullipares parvenues à 39 SA, l'essai ARRIVE avait montré que le déclenchement ne modifiait pas la mortalité périnatale ni les complications néonatales sévères, mais qu'il diminuait les césariennes (cf APM CD3P41PR6). Peu d'études se sont penchées sur les issues périnatales et maternelles du déclenchement chez les femmes multipares à bas risque, soulignent Rachel Sinkey de l'University of Alabama à Birmingham et ses collègues.
Ils ont réalisé une étude de cohorte rétrospective sur un seul centre, incluant 3.703 femmes multipares à bas risque obstétrical ayant accouché entre 39 et 42 SA. Parmi elles, 453 (12%) ont accouché au cours de la 39e semaine après un déclenchement artificiel du travail. Ces femmes n'avaient pas tout à fait le même profil que celles qui n'ont pas été déclenchées: elles étaient plus souvent bénéficiaires d'une assurance privée, elle étaient plus souvent non-Hispaniques, et avaient un poids plus élevé à leur première visite prénatale.
Le déclenchement était associé à une morbidité périnatale (décès, suppléance respiratoire néonatale, score d'Apgar à 5 min inférieur ou égal à 3, dystocie des épaules) moins fréquente que l'absence de déclenchement (4,0% contre 7,1%), le risque relatif étant significativement réduit de 43%. La différence était principalement portée par la dystocie des épaules.
Il y a eu en outre significativement moins de césariennes chez les femmes déclenchées (5,1% contre 6,6%, risque relatif réduit de 40%).
Les autres complications maternelles (troubles liés à l'hypertension, chorioamnionite, accouchement instrumental) et les admissions en réanimation néonatale n'étaient pas différentes entre les deux groupes.
(Obstetrics & Gynecology, publication en ligne du 9 juillet)
cd/eh/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com