Une hypertension à un âge moyen suivi d'hypotension plus tard augmente le plus le risque de démence

WASHINGTON, 14 août 2019 (APMnews) - Parmi différents profils d'évolution de la pression artérielle, le profil caractérisé par une hypertension à un âge moyen suivi d'une hypotension à un âge plus avancé est associé au plus fort risque de développer une démence, selon une grande étude épidémiologique américaine publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).
Keenan Walker du Johns Hopkins Hospital à Baltimore (Maryland) et ses collègues ont utilisé les données de l'étude ARIC dans laquelle 1.471 personnes âgées de 44 à 66 ans au début de l'étude ont été suivies durant 24 ans.
Plusieurs profils d'évolution de la pression artérielle ont été identifiés et le risque d'avoir développé une démence 24 ans après l'inclusion dans l'étude a été mesuré pour chaque profil.
Le risque de démence était le plus faible pour les personnes qui sont restées normotendues tout au long du suivi: il s'élevait à 1,31 cas pour 100 personnes-années. Il augmentait à 1,99 cas pour 100 personnes-années chez les personnes normotendues à un âge moyen qui sont devenues hypertendues à un âge plus avancé.
Il montait à 2,83 cas pour 100 personnes-années chez les personnes qui étaient hypertendues à la fois à un âge moyen et à un âge avancé.
L'hypotension (moins de 90/60 mmHg) à un âge avancé s'avère être aussi un facteur de risque de démence. La prévalence de la démence après 24 ans de suivi dans l'étude était de 2,07 cas pour 100 personnes-années chez les personnes normotendues à un âge moyen puis hypotendues à un âge avancé et 4,26 cas pour 100 personnes-années chez celles hypertendues à un âge moyen puis hypotendues à un âge avancé.
Ainsi, si tous les profils d'augmentation ou de diminution de la pression artérielle sont associés à une élévation du risque de démence, la plus forte élévation concerne le profil "hypertension puis hypotension". Les chercheurs ont calculé que par rapport aux personnes restées toujours normotendues, ce profil augmentait le risque de démence de 62%. Et avec ce profil, les démences tendaient à apparaître plus tôt (avant 75 ans) qu'avec les autres profils.
Ces résultats apportent principalement deux enseignements. D'une part, ils confortent la notion que l'hypertension à un âge moyen est très importante, car quelle que soit l'évolution ultérieure de la pression artérielle, les personnes hypertendues à un âge moyen avaient un risque de démence augmenté, notent les auteurs.
D'autre part, l'hypotension à un âge avancé, dont ils montrent qu'elle est associée à une augmentation du risque de démence, concernait 30% de la population étudiée. Il y a donc un "potentiel de prévention" important, estiment-ils.
(JAMA, 13 août, vol.32, n°6, p535-545)
fb/ab/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com