Consommation d'antibiotiques en baisse au CH d'Avranches-Granville grâce à une réunion de concertation pluridisciplinaire

GRANVILLE (Manche), 28 août 2019 (APMnews) - Le déploiement d'une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) hebdomadaire dans le service de réanimation polyvalente du centre hospitalier (CH) Avranches-Granville a permis de réduire de 15% la consommation d'antibiotiques dans ce service, a indiqué l'établissement dans un communiqué diffusé mardi.
Sur la base de ces résultats, "il a été décidé de maintenir cette RCP sur le long terme et il est envisagé de l'étendre à d'autres services", souligne le CH dans son communiqué. Contacté mercredi par APMnews, l'établissement a précisé que la RCP venait d'être initiée dans le service de chirurgie orthopédique -où elle serait "pleinement effective dans les semaines à venir"- et que les autres services étaient "à l'étude".
L'infectiologue Emmanuel Piednoir (CH d'Avranches-Granville, CHU de Rennes) a présenté en juin, aux Journées nationales d'infectiologie (JNI), les résultats de cette étude dont l'objectif était d'évaluer, à un an, l'impact de la RCP sur la consommation d'antibiotiques de patients hospitalisés en réanimation.
Cette réunion hebdomadaire, mise en place en janvier 2017, regroupe des professionnels de santé -infectiologues, réanimateurs et microbiologistes- qui analysent au cas par cas les situations et les traitements anti-infectieux des patients hospitalisés en réanimation (8 lits) et en unité de soins continus (4 lits) dans l'établissement.
Les chercheurs ont comparé les données de 225 patients hospitalisés en 2017 (soit après le déploiement de la RCP) à celles de patients hospitalisés entre 2013 et 2016. Les caractéristiques d'âge, de sexe, de score de gravité de réanimation IGS II et de mortalité étaient comparables entre les deux groupes, précisent les chercheurs dans leur poster.
La RCP a émis des préconisations relatives au bon usage des antibiotiques dans 38% des cas (87 avis sur 230). Elles portaient sur une désescalade de l'antibiothérapie initiale chez des patients présentant un état clinique amélioré et des prélèvements bactériologiques positifs (19% des cas) ou sur une adaptation de l'antibiotique administré (8%) ou de sa posologie (4%). Dans 6% des cas, la RCP a conclu aux bénéfices d'une abstention thérapeutique.
Les chercheurs rapportent que la consommation d'antibiotiques est passée d'une moyenne annuelle de 2.139 doses définies journalières (DDJ) pour 1.000 journées d'hospitalisation (JH) entre 2013 et 2016, à 1.816 DDJ/1.000 JH en 2017. Cela correspondait à une baisse statistiquement significative de 15% de la consommation d'antibiotiques entre ces deux périodes.
En parallèle, la dépense annuelle moyenne du service en agents anti-infectieux est passée de 71.707 euros entre 2013 et 2016 à 46.702 euros en 2017. Les auteurs rappellent toutefois que ces données dépendent également des prix du marché.
Les données de résistance bactérienne fournies par le laboratoire de microbiologie révèlent une amélioration de la situation. Alors qu'une résistance aux fluoroquinolones concernait 40% des souches d'Escherichia coli et 52% des souches de Klebsiella pneumoniae en 2016, elle n'était plus que de 16% et 29%, respectivement, en 2017. La résistance au céfotaxime est passée pour sa part de 47% à 24% chez E. coli et de 94% à 61% chez K. pneumoniae.
En revanche, la résistance de Pseudomonas aeruginosa à la ceftazidime a augmenté entre 2016 et 2017, passant de 7% à 24%, et sa résistance à la ciprofloxacine n'a pas varié de façon significative. La part de Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (Sarm) n'a pas significativement baissé non plus.
"Ces données ont montré l'intérêt thérapeutique et diagnostique d'une RCP infectiologique dans un service de réanimation polyvalente", concluent les auteurs.
sb/ab/APMnews

Découvrez gratuitement et sans engagement Cliniquesnews.com pendant 7 jours.

Vous voulez informer la rédaction sur un événement se passant dans votre établissement ou votre région (nomination, ouverture d’un service…), écrivez-nous à redaction@cliniquesnews.com